Un sac à friandises rempli de trucs sécuritaires à troquer en famille

Auteure : Irene van der Zande, Fondatrice et directrice générale de Kidpower® International
Traduction et adaptation : Marylaine Léger, Directrice de Kidpower Montréal


Pour les familles qui fêtent l’Halloween, c’est un évènement très festif, rempli de plaisir et d’aventure. Bons nombres d’enfants aiment toute l’excitation qui vient avec se costumer, à faire semblant d’être quelque chose ou quelqu’un de différent, aller à des endroits tout animés et décorés en plus de courir les friandises de porte-en-porte avec leurs adultes.

L’Halloween ne se compare à aucune autre journée et tous les éléments qui en font une journée spéciale et emballante peuvent également mener à des problèmes qui peuvent aller du déplaisant au dangereux. Un peu de planification avant le temps peut faire une différence énorme pour s’assurer que tous puissent y avoir beaucoup de plaisir.

Tranche de vie d’Irene van der Zande, fondatrice de Kidpower

« Lorsque j’étais enfant, l’Halloween était le moment où, dès la tombée de la nuit, nous pouvions nous promener seuls, dans notre petite ville, vêtus de costumes faits maison, être invités dans presque toutes les maisons du quartier pour ramasser des friandises fait main. Les costumes et les décorations étaient la plupart du temps naïfs plutôt qu’effrayants. Les gens se connaissaient et, à l’exception d’un possible mal de ventre dû à trop de bonbons, il n’y avait aucune crainte que quelque chose de mauvais ne se produise à qui que ce soit. C’était AMUSANT!

« Au moment où je suis devenue mère, des menaces qui n’existaient pas dans mon enfance sont apparues, la peur s’est répandue, et les gens du quartier ne se connaissaient plus. J’ai donc passé l’Halloween avec mes enfants, j’ai fait en sorte qu’ils puissent bien voir dans leurs costumes, j’ai choisi les maisons où nous sommes allés sonner, les ai fait traverser les rues avec soin, et vérifié les bonbons avant de les laisser en manger.

« Finalement, en vieillissant mes enfants m’ont persuadé qu’ils pouvaient être en sécurité sans moi, ils sont donc allés avec des amis après que nous nous sommes mis d’accord sur le parcours où ils allaient passer, les maisons des gens que nous connaissions bien où ils pouvaient entrer, les maisons où ils resteraient sur le seuil de la porte, comment ils regarderaient attentivement avant de traverser les rues, et, à moins qu’ils ne les aient obtenus d’une personne ou d’un magasin bien connus, que nous allions attendre et vérifier leur récolte avant qu’ils n’en mangent. Et, malgré les changements, c’était encore AMUSANT! »

Trucs & Friandises pour un Joyeux Halloween

8 Conseils pour profiter de l’Halloween en toute sécurité – À la façon Kidpower!

Le but de l’Halloween est d’avoir du plaisir, pas de créer des bouleversements. Nous voulons que nos enfants s’amusent bien et non qu’ils passent un mauvais moment. Ceci implique souvent de simplifier nos célébrations et de séparer les festivités adultes de celles des enfants. Par exemple, bons nombres de familles et amis en profitent pour se réunir à l’Halloween. Mais avec des enfants à superviser, ce n’est pas le meilleur moment pour boire ou servir de l’alcool ou encore s’embarquer à fond dans une conversation.

Assurez-vous que les activités festives conviennent émotivement aux enfants de votre groupe, sans faire pression sur eux d’être différent. Parfois les adultes ou les enfants plus âgés trouvent que c’est drôle de faire peur ou d’agir bizarre. Ce qui est amusant pour l’un peut être terrifiant pour l’autre. Faire des blagues et faire semblant d’avoir peur peuvent être de mise. Mais rappelez à tous que d’avoir vraiment peur n’est pas amusant et que cela va contre vos règles de taquiner quiconque qui se sent nerveux ou a peur. Dans un groupe avec de la diversité, les besoins des plus vulnérables doivent être honorés avant les souhaits de quiconque.

Rappelez-vous que les enfants sont différents et qu’en faire moins est souvent mieux. Certains enfants adorent sortir. D’autres préfèrent rester à la maison et accueillir les autres. Il est préférable de vraiment profiter de quelques activités choisies que d’essayer d’en faire trop et de se retrouver exténué avec un enfant bouleversé ou dépassé.

Fixez clairement vos priorités : La sécurité passe avant, le confort vient en deuxième et le plaisir en troisième.
De nombreux costumes, même s’ils sont beaux ou excitants à regarder, sont simplement épouvantables à porter après quelques minutes. On peut s’y enfarger facilement ou réduire considérablement sa vision. Des souliers inhabituels, des attaches, ficelles, ailes, caps, gants et tissus différents de l’usuel (ex. un t-shirt rembourré de fibres pour créer des gros muscles) peuvent affecter nos mouvements. Il faut également rester attentif aux costumes des autres avec des pièces qui dépassent ou qui tournoient.

Au défi du costume, s’ajoutent ceux de visiter des lieux inhabituels avec des marches hautes ou raides, des jeunes plus habiles ou rapides qui peuvent dépasser, les foules et le risque additionnel des chutes. À moins d’être dans un environnement très contrôlé pour une brève période, les maques et les souliers à talons hauts sont une mauvaise idée pour les jeunes enfants. Un costume plus simple peut faire la différence entre une aventure amusante et un désastre malheureux.

Il peut être amusant de se déguiser soi-même et voir d’autres adultes déguisés. Rappelez-vous que les jeunes enfants ont spécialement besoin de stabilité. Voir leurs adultes déguisés peut leur sembler bizarre et possiblement bouleversant. Assurez-vous que votre costume, si vous décidez d’en porter un, vous permet aussi de vous déplacer facilement! Soyez prêt à retirer votre costume si votre enfant devient bouleversé. Certains costumes sont vraiment terrifiants et ne devraient pas être portés autour de jeunes enfants.

Un autre risque avec les déguisements implique les chandelles, les passages piétons illuminés à la torche, les chaufferettes et les poêles à combustion. Les costumes ont souvent des éléments pendants. Les enfants doivent restés conscients de leur ‘extensions’, incluant leurs sacs. Même s’ils sont normalement habitués à circuler près d’un poêle ou d’une chaufferette, ils ne sont pas habitués d’ajuster leurs distance et ont probablement besoin de se le faire rappeler.  
Les conducteurs sont souvent distraits lorsque beaucoup d’enfants avoisinants peuvent agir de façon imprévisible. Les enfants sont concentrés à fouiller leurs sacs, suivre leur groupe et obtenir plus de bonbons. S’ils portent un masque, ils perdront leur vision périphérique. Les environs sembleront différents à la noirceur. Même les jeunes plus âgés vivent ‘dans l’instant présent’ et pourraient traverser impulsivement la rue parce qu’ils ont soudainement  vus un ami.

Une bonne stratégie est de sortir en groupe avec d’autres adultes et des jeunes plus vieux responsables pour faire équipe et maintenir la sécurité pour tous. Nommez une ‘tête de train’ et une ‘queue de train’ avec la règle que personne du groupe peut dépasser la tête et que la queue du train s’assure de pouvoir voir tout le train et fermer la marche sans laisser personne derrière.  La queue du train devrait être un adulte.

C’est un temps où il faut mettre des limites claires et constantes comme « Personne traverse la rue avant qu’on se soit rassemblé au coin et convenu que tout le monde est prêt. Si on est séparés, tenez vous ici. » 

Des lampes de poche et des colliers phosphorescents pour les enfants comme les adultes permettent de bien se voir tout en augmentant la visibilité des conducteurs. Soyez particulièrement attentifs en conduisant. Si vous êtes un passager, soutenez le conducteur en restant attentif aussi plutôt qu’en devenant distrait.
Pour leur propre sécurité autant que celles des humains, les chats et les chiens ont besoin d’être maintenus hors de l’action durant l’Halloween. Même des animaux habituellement très calmes et amicaux peuvent devenir agités à voir des humains habillés et agir différemment. Ils peuvent mordre ou grafigner – ou paniquer et se faire frapper par une voiture.

Même à la maison avec leur propre famille, les chats et les chiens ne sont pas dans un environnement normal. Il n’est pas juste envers eux de s’attendre à ce qu’ils réagissent comme d’habitude lorsque rien n’est pareil. Ils sentent toutes les différences et peuvent devenir anxieux ou agressifs : nouvelles odeurs, beaucoup d’énergie, beaucoup de nourriture placés à leur hauteur dans des sacs et près de visages de tout-petits. Un chien à la recherche de nourriture près du visage d’un enfant peut devenir épeurant, même si le chien essaye simplement d’attraper la nourriture et non la personne.

Lorsque vous visitez une résidence, rappelez-vous que certaines personnes emmènent leur chien à la porte avec eux. Même si leur humain a une confiance entière – et parfois justifié – dans le comportement de leur chien, cela ne veut pas dire qu’une rencontre imprévue en face à face avec un chien pour un jeune enfant ne lui fera pas peur. Les enfants qui sursautent peuvent reculer soudainement dans un groupe sur un perron populeux rempli d’enfants à quelques pas ou plus du sol. Ce qui peut provoquer des situations précaires rapidement.

Il est plus sécuritaire de garder les enfants loin des animaux à l’Halloween, peu importe ce que leur maitre peut dire et même si l’animal semble calme.
Halloween est une fête bruyante, souvent dans l’obscurité, et si un enfant est inquiet de se perdre, les costumes qui étaient rigolos avant peuvent devenir terrifiant. Gardez un œil attentif sur chaque enfant sous votre responsabilité à chaque instant de votre sortie.

Rappelez-vous que ce que vous remarquez et ce que votre enfant remarque sont différents. Même si votre enfant est très visible pour vous, restez à l’affût d’un regard anxieux chez votre enfant lorsqu’il n’est pas très sûr d’où vous êtes. Des barrières visuelles comme des costumes et d’autres personnes peuvent bloquer la ligne de vision usuelle d’un enfant vers votre visage. Même dans un quartier très familier, avec l’obscurité et les décorations, tout peut sembler différents.

Réagissez tôt, en utilisant votre voix comme un phare de sécurité. Soyez prêt à appeler d’une voix forte, joyeuse, factuelle le nom de votre enfant. « Jessie! Je suis là! Allo! »  Ne criez pas des directives à gauche et à droite, mais continuez d’utiliser un ton fort de conversation.

Avant de sortir, faites un ‘Plan spécial de sécurité pour l’Halloween’ au cas où votre enfant se perd vraiment. Établissez un plan spécifique en fonction de l’âge et des capacités de chaque enfant et d’où vous serez. Par exemple, un plan pourrait être : « Cherche un adulte avec des enfants de ton âge, qui a une lampe de poche, et est habillé de façon normale. Demande à l’adulte de me téléphoner sur mon mobile si possible. Si cette solution ne fonctionne pas, attend sur le perron de la maison la plus proche où il y a beaucoup de décorations et de lumières. »

Certains parents vont écrire leur numéro de mobile au marqueur effaçable sur le bras de leur enfant. Tout plan qui utilise un mobile requiert aussi un plan B.
Pendant l’Halloween, les enfants sont encouragés à parler aux inconnus et à accepter des bonbons qu’ils leurs offrent. Ce qui est parfaitement correct parce que vous êtes avec eux. Même si les adultes que vous visitez sont connus de vous, n’assumez pas qu’ils ne sont pas des inconnus pour votre enfant – même que certains auront l’air plutôt étrange!

Donnez des consignes claires et des règles spécifiques aux enfants sur ce que vous ferez. Par exemple, « Nous allons parler à beaucoup d’inconnus et gens qu’on connaît. C’est OK parce que je sais que vous êtes en train de le faire! Rappelez-vous que notre règle de sécurité avec les inconnus n’est pas de ne pas parler aux inconnus mais plutôt que votre adulte sache que vous le faites tout en ne partageant pas des informations personnelles. Aujourd’hui, pendant que je suis avec vous (ou que vous êtes avec votre groupe), vous pouvez parler à n’importe quel inconnu qui répond à la porte. Nous sonnons aux portes des maisons, mais pas pour y entrer et y passer du temps. Alors nous n’entrerons pas dans la maison. »
Rappelez-vous que l’Halloween est souvent à la fois très excitant et accablant même avant que la tournée des friandises commence. La plupart des enfants, particulièrement s’ils sont à l’école, pourraient avoir déjà eu une parade ou une fête dans la journée. Faites des choix sur le nombre d’activités que vous optez de faire.

Pour la plupart des enfants, les routines sont importantes pour les aider à se sentir bien et en sécurité. Pour prévenir les effondrements, commencez les festivités tôt et donner assez de temps aux enfants pour décompresser avant d’aller se coucher. Par exemple, si les enfants vont au lit normalement à 20h, laissez-les veiller un peu si vous le désirez et faites ce que vous pouvez pour qu’ils soient au lit vers 20h30. Maintenez autant que possible les habitudes normales de sommeil et les routines pré-sommeil comme prendre un bain et lire une histoire.
Pour éviter les déceptions et les estomacs à l’envers, faites un plan d’avance sur comment vous traiterez ce fameux sac de friandises. Enseignez aux enfants à se centrer sur le plaisir de récolter les gâteries sans agir sur l’impulsion de les manger tout de suite.

La plupart des friandises, spécialement celles qui ne sont pas faits maison, contiennent beaucoup de produits chimiques, de gras et de sucre. Les étiquettes sont un bon indice. Si votre enfant est allergique à un ingrédient qui se retrouve dans la plupart des friandises, comme le lait ou le soya, achetez lui ces friandises préférées et faites du troc avec votre enfant pour celles-ci après votre récolte.

Faites un plan qui encourage les choix sages. Par exemple : « Tu pourras choisir une friandise à manger pour ce soir et on gardera le reste pour plus tard. Que veux-tu que ce soit? Barbara notre voisine a fait tes brownies préférés. Serais-tu d’accord que ce soit ta gâterie pour aujourd’hui? »
Si votre famille se retrouve avec trop de bonbons, discutez ensemble de bonnes façons d’en profiter autrement qu’en les mangeant. Les enfants pourraient choisir d’en faire un don à un refuge, faire du troc avec vous (un bonbon pour une pièce de monnaie pour que vous puissiez offrir un bol de friandises à vos clients), ou transformez-les en projet d’art.

Les autorités disent que presque (ou toutes) les histoires d’inconnus qui empoisonnent ou qui insèrent des lames de rasoir dans des bonbons d’Halloween ne sont pas vraies. Malgré tout, le gros bon sens est de mise. Mettez de côté les friandises qui vous semblent suspect peu importe la raison.

Joyeux Halloween!


Est-ce que ces trucs vous ont aidés à vous préparez pour l’Halloween?
Partagez cet article avec votre famille, vos amis, et le personnel de l’école de vos enfants.

Voici quelques ressources supplémentaires qui peuvent aider vos jeunes de tout âge à continuer à profiter de l’Halloween et autres sorties.
Ces articles sont disponibles sur la bibliothèque en ligne de Kidpower International, certains en plusieurs langues :

  1. Keeping Halloween FUN for Kids
  2. The Creepy Clown Scare – What to teach kids about clown safety
  3. Safety Checklist for Parents to prepare kids to go out on their own – en 5 langues
  4. Think and Check First – BEFORE You Change Your Plan
  5. Kidpower’s Five-Step Plan to Prepare Kids for More Independence

Copyright © 2011 – présent. Tous droits réservés.

Article publié en anglais : 25 octobre 2011   |   Dernière mise-à-jour : 28 octobre 2019 |   Lire la version originale anglaise
Article publié en français : 30 octobre 2019 |   Dernière mise-à-jour : 30 octobre 2019

À propos de l’auteure

Irene van der Zande
Fondatrice et directrice générale
Kidpower Teenpower Fullpower International

Fondatrice de Kidpower® et directrice générale de Kidpower International depuis ses débuts en 1989, Irene van der Zande est passée maître dans l’art d’enseigner la sécurité à l’aide d’histoires et d’exercices pratiques ainsi que dans l’art d’inspirer d’autres à faire de même. Son expertise en matière de protection de l’enfant et de la sécurité personnelle en général a été mis en lumière dans de nombreux médias : USA Today, CNN, Today Moms, LA Times et The Wall Street Journal.

Elle est également l’auteure de nombreuses publications. Certains titres forts demandés sont :

Visitez la boutique en ligne de Kidpower International pour une vision d’ensemble des livres offerts par Kidpower